La terme « équilibre » est employé à tout va de nos jours, non seulement dans l’industrie du développement personnel qui connaît une croissance considérable, mais aussi dans le domaine de la maternité, lui aussi devenu un marché.

L’équilibre induit une juste proportion entre des éléments opposés, entre des forces antagonistes, d’où résulte un état de stabilité. Il désigne la juste répartition des éléments d’un tout. La notion d’équilibre fait écho à cette vision où les différentes sphères de nos vies sont compartimentées, cloisonnées, comme des blocs indépendants, sans correspondance. Et qu’il suffirait alors de répartir ces blocs de façon à ce qu’ils aient un poids égal.

La quête d’une vie équilibrée nous laisse avec un sentiment perpétuel d’échec, car c’est poursuivre quelque chose d’impossible.

Mais, la vie n’est pas comme ça ! Tous les aspects de notre vie : la famille, le travail, la santé, les amis et relations, les loisirs, etc sont interdépendants. Nous ne sommes pas maman de telle heure à telle heure et entrepreneure de telle heure à telle heure. Notre santé influence directement les autres sphères de notre vie.  La santé en elle-même n’est pas une question d’équilibre : on ne compense pas un dysfonctionnement, on le ramène vers un état d’harmonie. Et puis aussi, chaque sphère nourrit les autres. Pour nourrir un terreau commun, celui de notre vie, de notre projet de vie global, propre à chacune d’entre nous, car bas sur nos valeurs et nos aspirations profondes, personnelles.

Et d’autre part la vie est un perpétuel mouvement.

Certains jours, mon travail requiert beaucoup plus d’attention. D’autres jours, c’est mon fils et parfois je ne prend même pas le temps de me doucher ou de faire la cuisine. Et puis, il y a des jours où une amie traverse une crise et ce à quoi j’avais prévu de me consacrer change. Ou des jours où je suis à plat et me repose, car c’est tout ce dont j’ai besoin et je n’ai pas l’énergie de faire autre chose.

Nos journées, nos semaines, sont également soumise à l’influence des saisons, des cycles lunaires et de nos cycles internes.

Dépendamment aussi de la saison de notre vie : l’âge de nos enfants, le stade de notre projet professionnel (lancement, croissance, etc), une étape de vie (un déménagement, de nouvelles relations, les enfants qui entrent à l’école ou quittent le nid, …), notre vie prend une tournure différente.

Enfin, chacune a ses propres valeurs, priorités, désirs et projets. Il n’y a pas une formule unique qui s’appliquerait à chaque mère. À chaque famille.

La vie est un mouvement, perpétuel. Il n’y a rien d’équilibré là-dedans. Et en même temps, c’est ce qui nous sentir vivantes. Et c’est ça aussi qui fait la beauté de la vie.

Avez-vous remarqué que la nature, à l’instar de la vie, n’est pas en équilibre ? Elle est en harmonie. Elle repose sur le rapport heureux entre toutes les parties qui la constituent.

Tout comme dans notre quotidien, il n’y a rien de statique. Chaque chose n’a pas le même poids chaque jour. Chaque jour n’est pas censé être le même que le précédent ou le suivant. Chaque semaine, chaque mois, non plus.

Tout comme les phases de la lune et le mouvement des marées, nous sommes, chaque jour, différentes. Et par conséquent, chaque jour notre vie est différente aussi.

Viser l’équilibre suppose qu’à un moment donné il y aurait un jour où chaque élément de votre vie obtienne la même quantité de votre temps et de votre énergie et que tout cela demeure identique et fixe. Cela n’arrivera jamais ! Et je pense que cela n’est même pas souhaitable.

J’aspire plutôt à une vie dynamique. Que ma vie soit un courant fluide, une danse gracieuse. Je veux me sentir enthousiasmée, inspirée et nourrie par mon choix de passer plus de temps et de consacrer plus d’énergie sur une chose un jour et sur une autre, un autre jour. Et peut-être ne pas avoir le temps ou l’énergie pour faire le ménage, les courses ou la cuisine une journée, ou une autre.

L’équilibre est un pendant de la perfection. Et vous devez y faire attention. Elles prétendent elles là pour vous, pour vous soutenir. Elles vous font sentir ambitieuses et excitées. Puis ensuite, elles vous laisseront toujours avec une longueur de retard. Vous éloignant continuellement de la ligne d’arrivée. Et vous vous sentirez dépassée et laissée pour compte.

Alors laissez-les tomber ! L’équilibre. La perfection. Franchement, qui s’en préoccupe ? Qui en a besoin ? Vos proches se fichent bien que votre maison soit impeccable. Ce qui leur importe, c’est comment vous allez vraiment, ce qui vous tient à coeur réellement, ce qui se passe dans votre vie qui est vraiment important pour vous.

Nous voulons vivre. Nous sentir vivantes. Être présente. Vraiment là, juste pour vivre le moment présent, ce jour unique. Tel qu’il est. Avec qui nous sommes, ce jour-là. Nous voulons que nos enfants soient heureux et que notre maison soit chaleureuse, que notre famille et nos amis se sentent combien nous les aimons. Et nous désirons nous consacrer à un travail qui a du sens pour nous, où nous pouvons contribuer avec joie et accomplissement à un monde meilleur que celui dans lequel nous sommes arrivées.

Lâchez prise sur la stabilité et accueillez le mouvement. Laissez faire l’équilibre et embrasser la beauté. La vie.

« Rien n’est permanent, sauf le changement. » Héraclite